TORINO FILM FESTIVAL ULTIMU SOGNU

"La seule chose que j'ai, c'est la beauté du monde
la seule chose que je sais c'est que j'aimerais le conserver" 

Baustelle, la chanson d'Alain Delon.


En cette période marquée par l'attente de la catastrophe et bouleversé par l'urgence de l'éviter, TFFdoc a décidé de se donner le temps de s'arrêter pour contempler ce que nous avons autour, de profiter du plaisir d'être dans le monde.
Cet espace a pour titre " la seule chose que j'ai, c'est la beauté du monde " et se compose de quatre documentaires et de la conversation avec l'écrivain et philosophe franco " Bifo " Berardi. 
La beauté pourra-t’elle nous sauver, nous sauver ?

37th Torino Film Festival
TFF37 INTERVISTA Lisa Reboulleau

VIENNALE ULTIMU SOGNU

Ce film évoque une époque de la vie des paysans corses où l'existence n'était pas seulement une question de travail, de nourriture, d'animaux et de sol ; tout aussi cruciale pour leur survie, elle impliquait des rêves, des signes, des visions, des esprits et des sorts de protection comme ceux que Jean Epstein a filmés. Ce mode de vie passe non seulement à cause de l'empiétement du monde moderne, mais aussi parce que les anciennes coutumes et les membres les plus enchantés de la communauté sont morts. Reboulleau tisse la parole, la musique, les images documentaires et les images d'archives saisissantes de la région dans une élégie qui transcende le naturalisme. (Adrian Martin)

The Filmfestival Viennale

JI.HLAVA IDFF ULTIMU SOGNU

Au plus profond de la nature sauvage de la Corse, une femme mène sa vie solitaire, avec des pressentiments menaçants de l'avenir qui traversent ses rêves. Elle continue à entrer dans la forêt, à chasser la faune et la flore et dans les yeux de sa prière morte, elle peut voir les visages des gens condamnés à mourir bientôt. Les habitants la considèrent comme un beldam fou, se détournant d'elle, à l'exception d'un berger qui avait déjà découvert par lui-même que son don de dire la bonne aventure est réel. Un film sombre à l'atmosphère mystérieuse plonge le spectateur dans le monde des légendes insulaires, des contes populaires et des superstitions rurales. Le film fait aussi des observations sur le travail quotidien des bergers dans la nature ouverte, tout en contemplant involontairement des sujets posés au-delà des horizons de la compréhension humaine.

JI.HLAVA IDFF

DOK LEIPZIG ULTIMU SOGNU

La femme qui était en contact avec les animaux s'appelait Lucia. Elle n'est plus en vie, mais sa voix revient, apportant des images, grossières et analogues, d'une époque où les gens savaient encore qu'il y avait un lien entre la mort des animaux et la mort des gens. Aujourd'hui, dans le présent numérique, il n'y a plus qu'un vieil homme seul dans la forêt, avec une arme, un chien, une lampe de poche et la mémoire de Lucie. De quoi rêvent les moutons, se demande-t-il ? Et les ânes ? (Lukas Foerster)

DOK LEIPZIG

COMMON BIRDS IFFR

Some 2,500 years after it was written, Maglioni and Thomson give the play The Birds by Aristophanes a remarkable update. Combining a contemporary Athens marked by crisis and the ancestral forest of La Gomera, they alternate between Ancient Greek and Silbo Gomero. The latter is a nearly extinct whistled language that forms part of a long tradition of resistance.

Half documentary, half fantasy, this deadpan tale of two friends who opt for a life as outcasts evokes both the recent social history of Greece as well as another, timeless realm. Taking their inspiration from Pasolini as much as from Straub & Huillet, the filmmakers daringly shift from grey to colour, from a gritty realism to poetic mysticism, in order to contrast the economic climate with the ecological. In a deceptively simple, yet inventive form, Maglioni and Thomson explore the boundaries of voice and language, while articulating an uncompromising criticism of capitalism and power relations.

Festival international du film de Rotterdam

A Mansourah tu nous as séparés

ARTICLES DE PRESSE

Le Journal de l’Afrique - France 24 - Interview
France 24 (Interview en Arabe)
Journal algérien El Watan, «Des récits et des chants de lutte», K. Medjoub
Journal algérien El Watan, «Ces mots qui se lient et racontent l’histoire comme un film choral », Walid Mebarek
Interview dans Al-Jumhuriyya en Arabe
Interview dans « Le Point Afrique », Hassina Mechaï
Texte écrit par la réalisatrice et publié sur Orient XXI « Algérie coloniale. Le silence de nos pères »
Interview publié sur « Awotelle La revue Panafricaine », Bassirou NIANG
Cinéma du Moyen-Orient : les meilleurs films de 2019, Joseph Fahim

PROJECTION à la GAITE LYRIQUE du film CHAQUE MUR EST UNE PORTE


En présence de la réalisatrice
(Séance précédée d'une performance)

Dans le décor surréaliste d’un plateau de télévision des années 80 en Bulgarie, une jeune journaliste pose des questions philosophiques aussi bien à des ouvriers, des hippies qu’à des politologues : Quelles sont vos chances de survie ? Qu’est-ce que la désobéissance civile et comment la pratiquer ? Finalement, lesquels de nos rêves sont les plus importants, les accomplis ou les déçus ?

Nous sommes en 1989, le Mur de Berlin vient de tomber, et la Bulgarie voit pour la première fois sa population investir les rues avec élan, dans un même espoir. La jeune journaliste est ma mère. Deux fois par mois elle se dédoublait pour apparaître sur l’écran, au moment même où elle le regardait à mes côtés, et questionner les jeunes sur leurs préoccupations, qui à ce moment se résumaient en un seul mot : la liberté. Je n’arrivais pas à comprendre tout ce qui se disait à l’écran mais je voyais la réaction de mes parents et j’étais heureuse par procuration. Ainsi j’ai vécu ce moment d’une manière particulière, où le privé et le public ne faisaient qu’un.

Chaque mur est une porte est un film à la fois politique et personnel, tissé d'archives et de phrases poétiques. Il explore ce double mouvement de l’enfant qui grandit et de la société qui s’émancipe d’un régime paternaliste. A travers « Version M », cette émission kitch et décalée sur la jeunesse bulgare des années 80, il revisite ce grand moment de réenchantement politique et s’interroge sur le sens des révolutions échouées et leur empreinte dans nos vies (Cinéma du réel 2016)

INFORMATIONS PRATIQUES :
Le mercredi 25 octobre 2017 à 19h30 (ouverture des portes à 19h15)
Auditorium de la Gaîté Lyrique
3 bis rue Papin - 75003 Paris
Tarifs : 6 euros / 4 euros (adhérents)

Cycle le tour du Jour
Réservation conseillée
Evenement Facebook

PROJECTION le 9 MARS du conte documentaire LA PARADE au Forum des images

Projection en avant-première de La Parade,
un conte post-industriel
de Mehdi Ahoudig
et Samuel Bollendorff
La Parade

jeudi 9 mars 2017 à 20 h
au Forum des images
salle 500
Forum des Halles
Porte Saint-Eustache
2 rue du Cinéma
75001 Paris

Documentaire projeté
en clôture du colloque
AUTEURS&CO2017
Projection précédée d’un
cocktail apéritif à 18h30
Réservation indispensable :
www.scam.fr/9mars.html

Réservation
Suivez la parade sur facebook

Tinselwood à la Berlinale

"Cette année, les pétites nous viennent d'Afrique " ne croyait pas si bien dire Jean-Michel Frodon

In "Slate" article de Jean-Michel Frodon
in "Critic" by Nino Klinger
In "Junge west" by Robert Best

TINSELWOOD de Marie Voignier au Forum de la BERLINALE

PROJECTIONS
Samedi 11 février _CinemaxX 6
Mardi 14 février _CineStar 8
jeudi 16 Février_ Akademie der Künste, Hanseatenweg (EN)
Vendredi 17 Février _Delphi
Samedi 18 Février _ Cubix 9

Communiqué de presse

LA PARADE en compétition au FIPA

Le Mercredi 25 Janvier 2017 à 18h30 au Colisée, une séance en présence du Jury et suivie par un Questions / Réponses de 20 minutes.
Le Vendredi 27 janvier 2017 à 21h15 au Théâtre - Casino Municipal.

Nous y serons !

LA PARADE

coqueleux de père en fils
L'article de Cédric Mal sur Le Blog Documentaire
L'article de Libération
L'article de l'humanité
L'article de François Ekchajzer dans Télérama

BRULE LA MER

arbre depuis la maison
Brûle la Mer (LINZ Crossing Europe)
Brûle la Mer (LINZ Crossing Europe) suite

Nadejda, chaque mur est une porte

le film écrit par Elitza Gueorguieva au festival du premier film documentaire LA PREMIERE FOIS 2015

LA PARADE

défilé de majorettes sur la route
FIGRA 2015